BIOGRAPHIE //

« Julie Morel se définit volontiers comme une artiste du net, appréhendé à la fois comme l'espace, l'objet et le média de ses créations. Elle y développe et y ancre le récit de son œuvre, qui se tisse au jour le jour dans les ramifications de ses multiples projets de recherche, de création et de commissariat. »
Transversale, sa pratique est alimentée par une volonté d'interroger les relations quotidiennes qu'entretient l'homme avec la technologie, notamment au travers du langage. Ses propositions plastiques et graphiques, souvent liées à l'histoire de l'Art conceptuel, sont dirigées vers la textualité : le texte en tant qu'il est écrit. Elle se penche et explore ainsi diverses formes et champs de l'écriture : la littérature, la traduction, le code informatique, le commentaire et le métalangage, la partition.

Elle expose régulièrement son travail dans des institutions (Centre Pompidou, Glasgow Sculpture Studio, Centre d'art de Neuchâtel) ou des structures indépendantes (White Space - Zürich, Le bon accueil - Rennes, Basekamp Gallery - Philadelphie, la Chambre blanche - Québec). Elle est en résidence à la Gaîté Lyrique et au centre d'art de la Maison populaire en 2012-13, et lauréate de la Villa Médicis hors-les-murs en 2016 (New York - Chicago).

Chargée de cours à l'ENSBA (2001-2003), elle est aujourd'hui enseignante titulaire à l'EESAB.
En 2016-17, elle est lauréate d'une bourse Fulbright (Scholar in residence) à Loyola University (Nouvelle-Orléans) et en 2017-18 artiste invitée à l'Uqam. Elle a été invitée à Science Po. Paris, à l'University South Florida, à Parson (Paris) pour présenter son travail et pour enseigner.
Elle travaille ponctuellement avec Marks Blond Art Space (Berne, Suisse).